Double droit d’alerte pour l’entité ES

En synthèse : La CFE-CGC a dénoncé un projet souterrain de grande ampleur orchestré par le management d’ES, visant à délocaliser dans des pays à bas coûts les activités d’ES ITO, et mettant en danger la pérennité du business. Vos élus ont déclenché une procédure SBC, constaté la situation d’entrave et amorcé un processus de droit d’alerte du CE. Le PDG a été contraint de venir s’expliquer devant les différents CE et les salariés.

Deux réunions de CE ont été convoquées, à HPF vendredi dernier puis à HPCCF hier mercredi, pour tenter de faire la lumière sur cette affaire.
Lors du CE HPF, Gérald Karsenti a tenté de rassurer les élus en soulignant que le projet de réorganisation ES était arrêté en France et qu’une communication ferme à l’intention du management ES en France sera faite pour prévenir toute nouvelle dérive. Les élus ont décidé d’élargir à tout ES le périmètre du droit d’alerte ouvert il y a quelques semaines sur Airbus.
Au CE HPCCF, outre Gérald Karsenti, deux hauts responsable ES en EMEA, Howard Hughes et Sergio Colella, étaient également présents. Devant les preuves apportées par la CFE-CGC, la direction a présenté ses excuses pour ce qu’elle a présenté comme des dérives de communication de certains managers et affirmé que le projet était arrêté en France. Peu convaincus par ces explications, les élus ont voté à l’unanimité l’ouverture d’un droit d’alerte sur ES à HPCCF en complément du délit d’entrave et du SBC déclenchés la semaine dernière.

Retrouvez ici l’ensemble de notre communication.