NAO – Déclaration intersyndicale

Négociations Annuelles Obligatoires : des syndicats HPE en colère

Une nouvelle réunion s’est tenue aujourd’hui, dans le cadre des Négociations Annuelles Obligatoires (NAO). Après le bilan décevant concernant l’année écoulée (cf. notre Flash du 24 Octobre) la direction a communiqué aux organisations syndicales des propositions pour l’année à venir.

Ces propositions ne sont acceptables dans le contexte actuel, et vous trouverez ci-dessous la déclaration intersyndicale en réponse, ainsi que la liste des revendications de la CFE-CGC.

« Les organisations syndicales représentatives des salariés dénoncent le simulacre de négociation à l’occasion des Négociations Annuelles Obligatoires et considèrent que, après la décision unilatérale de dégrader les garanties prévoyance, il s‘agit d’une nouvelle provocation envers les salariés HPE, déjà très fragilisés par le découpage en règle que subit l’entreprise depuis plusieurs mois.

Les premières propositions de la Direction sont inacceptables et témoignent d’un mépris total de la situation des salariés :

  1. Augmentation au mérite : 0,75% (alors que la Direction de HPE nous communique une augmentation moyenne des salaires du marché IT de 2,70%)
  2. Réserve budgétaire pour les augmentations légales et conventionnelles : 0,25% (la Direction refuse toute possibilité de transfert de cette réserve vers le budget d’augmentation au mérite alors que la réserve FY16 de 0,2% n’a pas été consommée dans son intégralité)
  3. Abondement PEG-PERCO FY18 : 0 (c’est le seul dispositif d’épargne de précaution des salariés avec la participation, sachant que tout indique que cette dernière sera à zéro pour l’année FY16 et que les salariés ne percevront donc aucune participation en 2017).
  4. Revalorisation des boîtes salariales : 0 (alors que le « competitive index »  – index de comparaison par rapport au marché – continue de se dégrader, en particulier pour les boîtes « mainstream »

Les organisations syndicales CFDT, CFE-CGC, CFTC invitent les salariés à se rapprocher de leurs représentants du personnel afin de discuter de la suite à donner à cette nouvelle attaque en règle contre leurs conditions de vie chez HPE »

Les revendications de la CFE-CGC HPE pour FY17

1) Proposition sur les salaires et les primes
1-1) Boîtes salariales
Nous demandons une revalorisation des boîtes salariales de 8% pour répondre à l’inflation. Pour rappel, l’indice INSEE des prix à la consommation de l’ensemble des ménages donne une inflation de 2010 à 2016 de 7,6%. Cette évolution des prix n’a pas été compensée depuis quelques années, elle devrait être appliquée systématiquement avant tout calcul de compa-ratio.

1-2) Salaires

Nous demandons un budget d’augmentation global de 3,56% justifié par :
– La politique salariale de HPE annoncée par la Direction lors de la réunion de NAO du 20 Octobre 2017 consiste à se situer à 100% du compa-ratio par rapport au marché.
– Le compa-ratio présenté par la Direction est de 96,44 % faisant apparaitre un retard de 3,56% par rapport au marché.
– Ce retard conforme bien les déficits d’augmentation constatés sur les 5 dernières années pour les employés HPE par rapport au reste de la profession.

L’augmentation se déclinerait selon :
1. un budget de 1,68 % de la masse salariale pour les augmentations collectives pour tous les jobs levels jusque Master/Mgr1 inclus,
2. 1,68 % supplémentaire pour les augmentations au mérite,
3. ainsi que de 0,2 % de réserve budgétaire destinée aux augmentations légales et conventionnelles.
4. L’application systématique par les Managers de la matrice de guide des salaires devant se traduire par des % d’augmentation minimum / maximum pour chacune des 5 bandes de chacun des 3 niveaux d’évaluation (Stalled, Driving, Accelarating) et cela pour chaque job level. Nous proposons les matrices suivantes pour FY16 :

0-20% 20-40% 40-60% 60-80% 80-100%
Stalled 1-4 % 1-3 % 1-2 % 0,5-1 % 0,3-0,5 %
Driving 4-9 % 3-8 % 3-7 % 2-6 % 1-5 %
Accelerating 9-13 % 8-12 % 7-9 % 6-8% 5-7 %

 

 

Complémentairement, il y a nécessité de :
– corriger des inégalités qui demeurent ou ont été introduites selon les catégories professionnelles, le sexe, l’âge, le métier, etc,
– appliquer les mesures d’équité pour qu’aucun salarié ne soit en dessous du minimum de sa boite salariale HPE,
– récompenser avec une juste compensation pour les efforts des salariés pour assurer la réussite des projets de scission.

Nous demandons enfin à la Direction d’intégrer une plus grande justice sociale et de privilégier la réduction des écarts tels que les salaires à l’embauche trop bas, les promotions mal gérées et de procéder aux rattrapages pour les salariés délaissés ces dernières années. Sont prioritairement concernés :
– Les salariés non augmentés depuis 3 ans,
– Les salariés dont le compa-ratio est inférieur ou égal à 90% (soit 10% sous le marché selon HPE),
– Les salariés promus. Nous demandons que toute promotion s’accompagne immédiatement d’une augmentation de salaire avec dans tous les cas l’alignement immédiat au minimum de la nouvelle boîte salariale,

1-3) Primes

Nous demandons le retour à des primes collectives du type CPB (même % du salaire annuel pour tous les salariés dans l’ensemble du Groupe HPE en France) en remplacement du VPB et du PFR, qui sont discrétionnaires et toujours aussi inéquitables par rapport aux disparités des Business.

A défaut de mise en œuvre de CPB, nous demandons dans un souci d’équité que :
– Le % moyen de VPB soit le même pour tous les job levels (même pourcentage du salaire moyen du job level),
– Le PFR moyen ne dépasse pas 2 fois le VPB moyen,
– Le plafonnement à 20% l’écart entre les VPB moyens des différents business reconnaissant par-là les performances mais en amortissant les discriminations pour lesquelles les salariés ne sont pas directement responsables,

1-4) Autres revendications

Nous demandons :
– Qu’HPE communique à tous les managers de salariées femmes HPEF ou HPECCF le fait que les augmentations au titre de l’application de l’accord sur l’Egalité Professionnelle ne doivent pas être confondues ou compensées lors de l’attribution des augmentations de type FPR,
– L’alignement des salaires minimum conventionnel de l’accord national métallurgie dès la parution au Journal Officiel (en général en février) et avant l’application d’autres augmentations (FPR, Egalité Professionnelle, etc.),
– Qu’aucun salarié ne perçoive un salaire en dessous du minimum de sa boîte salariale. HPE doit effectuer un rattrapage si nécessaire au moins 6 mois avant l’exercice FPR,
– Afin d’éviter toute discrimination, que tous les salariés qui reviennent d’une période de maladie longue durée ou en temps partiel subi (exemple : mi-temps thérapeutique) bénéficient au minimum de l’augmentation / bonus moyen de leur catégorie professionnelle,
– La revalorisation des primes d’astreintes sur HPEF de 3% et lancement d’une nouvelle négociation absolument nécessaire pour HPECCF sur le même sujet,
– La revalorisation des primes pour le travail les weekends. Nous demandons que les jours fériés soient considérés comme un dimanche, et leur application à toutes les populations concernées.
2) Emploi et Promotions

Nous demandons
– L’ouverture d’un véritable dialogue social concernant la stratégie de l’entreprise et les conséquences sur les emplois,
– Une GPEC qui ne se limite pas à la GPEC Out avec une véritable politique de mobilité interne par la création d’une dynamique de mouvement au sein de l’entreprise, supportée par des mesures de formation (ne pas limiter les permutations à la zone de mobilité 1 mais l’étendre aux zones 2 et 3 avec l’utilisation de budgets formation adéquats),
– Le respect des engagements pris par le PDG au CE HPCCF concernant les départs excédentaires en PDAV. Seulement 34 embauches ont eu lieu en 3 ans sur HPCCF au lieu des 54 prévues, le nouvel engagement doit absolument être tenu,
– L’ouverture d’une réelle négociation sur le contrat de génération et la fin de carrière des seniors, incluant un CPA afin d’aborder notamment : la définition d’un mécanisme de préretraite sous conditions d’âge et d’ancienneté, le mode de transmission des savoirs entre générations, les modalités d’accueil des jeunes embauchés et leur plan de développement, l’adaptation du poste de travail des seniors,
– Un plan de progression et de sécurisation des emplois (passages cadre notamment) pour les salariés non-cadres. Nous demandons la reconduction de la commission paritaire pour l’étude des passages cadres,
– Un entretien annuel et spécifique pour chaque salarié se trouvant à 90% ou plus de sa boite salariale pour étudier les possibilités de promotion ainsi que la mise en place d’une commission de recours incluant des représentants des salariés

3) Temps, Organisation et Conditions de Travail

Nous demandons :
– Le paiement de toutes les heures supplémentaires réalisées par les salariés et faisant l’objet d’une demande de paiement,
– La prise en compte de nos revendications exprimées lors de la renégociation de l’accord sur les astreintes à HPCCF et notamment :
• La revalorisation des primes qui n’ont pas bougé depuis 2004 !
• La prise en compte des spécificités d’HPCCF (type et nature des interventions),
• La gestion des jours de récupération par anticipation,
• La disparition des situations anormales (nombre de semaines d’astreinte supérieure à la limite déjà définie, cumul avec les interventions planifiées),
• La compensation des modifications subies des régimes d’astreintes (par exemple lors de mise en place d’organisation mondiale de type « follow the sun » laissant en astreinte les périodes les plus contraignantes.
– L’ouverture d’un programme de rachat d’années d’étude pour les cotisations retraite avec participation de l’entreprise avec utilisation éventuelle et incitative des jours épargnés au CET.

4) Egalité professionnelle

Nous demandons :
– Mettre en place le programme de formation des managers tel qu’écrit dans l’accord,
– Accepter toutes les demandes de télétravail temporaire des salariées en période de grossesse et/ou congé parental partiel,
– Mettre en place un dispositif assurant un taux de promotion H/F correspondant au moins au ratio H/F du niveau d’origine,
– Ouvrir les négociations concernant les cotisations retraites pour les temps partiels qui sont souvent chez HPE des salariées femmes,

5) Epargne salariale, Participation et Santé

– Nous demandons le retour à un abondement PEG/PERCO aux niveaux historiquement connus, à situation financière de la compagnie égale, soit le plafond d’environ 2500€.

6) Santé et prévoyance

– La réouverture des négociations sur la base du scenario « proposition 3 » qui a les préférences de la commission de suivi pour un retour rapide à l’équilibre du régime Prévoyance. Ce scenario qui fait porter l’essentiel des efforts aux salariés (baisse des prestations, prise en charge de 70% du déficit) a été refusé par la direction qui ne veut pas augmenter sa participation,
– La présentation des résultats en temps (fin août) pour permettre aux élus de prendre rapidement les décisions nécessaires à la bonne gouvernance du régime Prévoyance,
– La séparation des résultats des régimes Actifs et Pré Retraités pour une analyse distincte permettant de ne pas pénaliser les Actifs.

7) Handicap
– Nous demandons des efforts concernant la mise en œuvre de l’accord sur l’insertion des salariés handicapés avec en particulier un programme d’embauche plus ambitieux.

8) Formation

Nous demandons :
– Une hausse très nette du budget formation pour financer des actions de formation concrètes qui permettent à l’ensemble des salariés de maintenir/développer leurs compétences et de mettre en place une véritable GPEC IN. Le budget formation d’une entreprise comme HPE devrait être de 4 à 6% de la masse salariale au lieu de 2-3% aujourd’hui,
– Un budget bien identifié pour permettre la formation des salariés notés Stalled et leur assurer une aide effective au retour à la performance,
– Le déblocage de sources de financement pour les actions de formation liées à la GPEC IN.

9) Autres

Nous demandons qu’HPE :
– Tienne sa promesse d’ouvrir une négociation pour que les salariés en temps partiel subi (notamment les salariés invalides, les mi-temps thérapeutiques, etc.) puissent bénéficier de cotisations retraites équivalentes à un temps plein, les cotisations étant prises en charge par HPE. A défaut, répondre favorablement aux demandes individuelles qui pourraient être faites par les salariés. Les demandes répétées de ces dernières années sont restées sans suite alors que ces salariés sont victimes d’une réelle injustice,
– Tienne sa promesse d’ouvrir une négociation pour que les salariés en temps partiel choisi puissent bénéficier de cotisations retraites équivalentes à un temps plein avec un partage à définir des cotisations afférentes,
– Assure le succès de la mise en place du fond de solidarité permettant le don de jours de congés pour enfant malade d’un salarié (communication, indicateurs, etc.). Nous demandons que soit possible le don entre collègues pour des évènements à caractère exceptionnel (attentats, catastrophe naturelle, etc.).

N’hésitez pas à contacter vos élus CFE-CGC pour échanger sur ces sujets et nous faire part de vos demandes et propositions. Nous présenterons la semaine prochaine nos revendications à la Direction.

Vos négociateurs CFE-CGC Hewlett Packard Enterprise pour les NAO :

Jean-Francois

Malras

HPCCF

Laurent

Juvigny

HPCCF

Thierry

Holer

HPF

Laurence

Lecomte

HPF