Scission HP

hpscissionA l’initiative de la CFE-CGC, une première réunion de concertation sur le projet de scission de HP avait vu le jour en décembre 2014. Celle-ci avait été l’occasion pour les partenaires sociaux de montrer leur volonté d’aller au devant des problèmes devant la complexité de projet, de poser les différents enjeux sociaux et de demander la mise en place d’un calendrier de travail.

La Direction avait été partie prenante dans ces discussions ouvertes, avec l’ensemble des partenaires sociaux et des représentants des différentes instances (pour mémoire).

Mais la reprise de début d’année a vu son lot de déconvenues arriver.

La réunion des 21 et 22 janvier a été annulée par la Direction HP, ainsi que la réunion suivante, prévue les 03-04 et 05 février. Le résultat de la réunion du Comité d’Entreprise exceptionnel HPCCF, convoqué par la Direction le 29 janvier, a contribué à alimenter un certaine inquiétude. En effet, l’accord sur la Gestion Prévisionnelle des Emplois et Compétences, signé l’année dernière, n’a vu que peu de mobilité interne et a nettement privilégié les départs des salariés volontaires pour découvrir de nouveaux horizons. De plus, les projections d’emplois présentés au Comité d’Entreprise de lundi dernier par les différents représentants des Business Units ne laissent que peu de place à l’interprétation. Les créations de postes sont quasi nulles, les investissements se font dans les pays européens moins chers (ce qui reste à prouver!) que la France, et les BUs demandent aux salariés de privilégier la mobilité mais hors de leur BU ! A ce jeu, il est clair que la GPEC et sa mobilité interne va droit à l’échec, aussi bien en terme de formation que de valorisation des compétences.
On peut se demander pourquoi des réunions de travail régulières, posant les problématiques d’emploi, de structures juridiques, de pérennités des accords d’entreprise, de vision business et d’accompagnement des mobilités, se voient les unes après les autres annulées ou repoussées, sans aucune explication si ce n’est que notre Direction française attend de nouvelles directives de la Corporation.

La CFE-CGC HP en France est inquiète. Elle s’en est ouverte plusieurs fois auprès de la Direction, dans toutes les instances où elle est présente.
Il y a un temps pour prévenir.
Il y a désormais un temps pour agir.