SW et programme « FAST » : les conclusions de l’enquête

Les élus du  CHSCT HPCCF des sites de Grenoble, Mougins et Villefontaine se sont réunis en réunion extraordinaire le 25 avril  2017, afin de restituer les  conclusions de l’enquête ainsi que les plans d’actions correspondant à la scission de l’organisation Software et à l’impact du projet « FAST » sur les conditions de travail.

Ce projet de grande envergure a pour but de transformer l’IT du futur groupe SW et Micro Focus.

Si les objectifs semblent compréhensibles (passer de plus de 600 outils à 130), il est cependant important pour la santé des salariés SW concernés de contrôler que l’énorme charge de travail supplémentaire soit raisonnablement répartie dans le temps, et sur un nombre de personnes suffisant.

Les conclusions de l’enquête menée conjointement avec les Relations Humaines montrent des écarts importants, tant en terme d’analyse de risque que de plan d’actions associé.

Un des premiers points pouvant expliquer ces écarts est le périmètre de l’enquête des RH (uniquement les salariés impliqués dans le projet FAST), alors que les CHSCT ont interviewé un panel plus large de salariés SW (tous ceux qui le souhaitaient).
Nos constats sont les suivants :
1. il existe un écart beaucoup trop grand entre le plan d’action établi par les élus et celui de la direction ; ce dernier n’intervient que très peu dans le domaine des troubles psycho-sociaux
2. le plan d’action présenté par la direction ne contient pas de calendrier
3. la direction prévoit de fixer la prochaine réunion de travail dans une échéance trop lointaine, compte tenu de la scission le 1er juin.

Compte tenu de nos constatations nous demandons à la direction HP CCF d’organiser une réunion extraordinaire des CHSCT au plus tard le Vendredi 5 Mai matin, au cours de laquelle, elle nous précisera :

  • Le calendrier précis de son plan d’action et son état d’avancement
  • La prise en compte des recommandations des CHSCT suite à l’enquête sur la scission Software, incluant le calendrier associé.

Les élus alertent la direction sur les risques réels et sérieux qui ont été révélés par les enquêtes et entendent préciser qu’ils utiliseront tous les moyens à leur dispositions pour protéger au plus vite la population Software et les équipes FAST.

Les secrétaires CFE-CGC des trois CHSCT restent à votre écoute…

Pierre Treille, Grenoble
Dominique Durand, l’Isle d’Abeau Dominique Angeli, Mougins